Sitôt que l'on parle de veuves ou d'orphelines, un préambule s'impose. Il est établi que les deux concepts sont parfaitement symétriques, mais d'un typographe à l'autre, d'un logiciel à l'autre, leurs définitions permutent. Le consensus n'ayant jamais été atteint dans ce vieux débat terminologique, certains parlent donc de veuves quand d'autres parlent d'orphelines, et vice versa. En ce qui me concerne, pour des raisons bassement mnémotechniques dont j'ai la faiblesse de penser qu'elles valent autant que d'autres, j'ai pris la décision d'appeler « veuve » une ligne initiale qui se trouve isolée des suivantes en bas d'une page ou d'une colonne. Maintenant, si de votre côté vous avez adopté la définition réciproque — pour des raisons tout aussi légitimes que les miennes —, je vous propose qu'au lieu de déterrer la hache de guerre nous nous en tenions au protocole diplomatique ci-après exposé : chaque fois que vous lirez le mot « veuve » dans la suite de cet article, considérez qu'il s'agit du mot « orpheline ».

Venons-en maintenant au vif du sujet ! En matière de mise en forme de tableaux, les concepteurs d'InDesign ont fait un choix très surprenant en créant des Options d'enchaînement au niveau des cellules (Tableau / Options de cellule / Lignes et colonnes). Pourquoi ne pas avoir affecté ces paramètres-là aux tableaux eux-mêmes, par analogie avec les Options d'enchaînement situées au niveau du paragraphe ? Mystère et boule de gomme ! Il me semble que si l'utilisateur avait eu la possibilité de définir une politique de « lignes solidaires » depuis l'objet tableau comme il le fait depuis l'objet paragraphe, la gestion des veuves et/ou des orphelines dans un tableau aurait été considérablement simplifiée. Au lieu de cela, il est nécessaire de contrôler la solidarité des lignes au niveau des cellules elles-mêmes, ce qui revient à attacher localement une ligne donnée à la suivante.

Certes, il est facile de déclarer solidaires toutes les lignes d'un tableau : il suffit de sélectionner ledit tableau et de cocher l'option Lignes solidaires dans l'onglet « Lignes et colonnes » des Options de cellule — le paramètre est appliqué collectivement aux cellules sélectionnées :

Activation des “Lignes solidaires” au niveau des options de cellule.

Mais l'opération devient autrement fastidieuse lorsque votre objectif est de solidariser seulement les n premières lignes de tous les tableaux situés dans votre article, ou dans la totalité du document !

Le script FixTableWidows

Le script FixTableWidows (InDesign CS4/CS5) permet en un clin d'œil d'ajuster, de modifier et d'appliquer une politique de « gestion des veuves » à l'ensemble des tableaux appartenant à l'article sélectionné ou au document actif. Il n'y a rien de passionnant à vous dépeindre quant à l'implémentation de cette routine, en dehors du fait qu'elle propose deux méthodes concurrentes pour corriger les veuves de tableaux :

• La stratégie par défaut, « Jouer sur l'enchaînement des lignes », agit comme prévu sur les options de cellule en activant ou désactivant, là où c'est nécessaire, le paramètre Lignes solidaires évoqué plus haut ;

• La stratégie alternative, « Jouer sur l'enchaînement des paragraphes », plutôt que de toucher aux options de cellule, agit directement et uniquement sur les paragraphes conteneurs, en travaillant sur l'option d'enchaînement Début de paragraphe : Colonne suivante.

Le script FixTableWidows propose deux stratégies de traitement des lignes veuves.

Les deux méthodes ont vocation à produire (visuellement) le même résultat dans la grande majorité des cas. Cependant, dans la circonstance où un tableau cohabite avec d'autres lignes de texte au sein d'un même paragraphe, il se peut que votre objectif soit de rejeter l'ensemble du paragraphe en page ou colonne suivante plutôt que de solidariser uniquement les première lignes du tableau. C'est alors qu'interviendra la seconde stratégie.

Avertissement. — FixTableWidows est un script ultra simplifié qui ne s'embarrasse pas de fioritures tels que la gestion des textes en excès, la prise en charge de tableaux structurellement complexes ou autres cas d'école. Attendez-vous à ce qu'il fonctionne correctement dans une mise en page linéaire « classique ». Dans les autres cas, si les choses tournent mal, vous pouvez toujours annuler l'effet du script via Édition / Annuler FixTableWidows.